• 100. Barbara - "Ma plus belle histoire d'amour..."

    100. Barbara - "Ma plus belle histoire d'amour..."

    Dessin Pascal Pioppi

    Date de la première rencontre : novembre 93 

    Lieu de la rencontre : Théâtre du Chatelet et devant chez elle à Précy quelques années après.

    Titre de l'article : "Dis, quand reviendras-tu ?"

    Particularité : une relation amicale pendant 4 ans sans jamais se voir malgré sa promesse de faire une interview chez elle. Pour ce 100e entretien, j'ai choisi de rendre hommage à Barbara, la seule que je n'ai pas eu la chance de rencontrer. 

    La vie réserve toujours des surprises à qui sait ouvrir les yeux. Les oreilles aussi... Ayant offert comme cadeau à ma femme une place pour voir Barbara au Chatelet, je me suis donc installé à ses côtés tout en haut de ce théâtre parisien pour ce récital qui sera en fin de compte son dernier dans la capitale. J'ai ainsi découvert Barbara que je ne connaissais pas beaucoup et pour parler vrai que je ne n'appréciais pas plus que ça. Brel, Brassens avaient toujours eu ma préférence.

    Dès son entrée en scène, la révélation a été pour moi comme un choc artistique mais aussi  humain. La beauté a envahi ce lieu, presque devenu inquiétant par cette présence captivante et envoûtante de simplicité. Une sorte d'apparition divine et un tour de chant qui a certainement changé ma manière de penser.

    La nuit a été agitée et je ne pouvais garder ces impressions sans lui faire part de mon ressenti. Le lendemain matin, de bonne heure, je portais donc ma missive à Précy-sur-Marne. Juste une lettre de remerciements pour le bonheur donné et partagé avec tous. L'histoire devait s'arrêter là ...

    Quelques jours après, Barbaba répondait à cette lettre certainement peu académique car écrite avec le coeur et aussi les tripes.

    Un mot joli et une porte ouverte sur autre chose...

    Notre correspondance était née. Curieux ballet avec cette approche délicate, amusante et intimidante à souhait. Un brin de mimosa, un article paru sur l'un de ses compagnons de route, des parfums de la terre, des missives amusantes... et en retour son affection avec quelques mots griffonnés sur son "cahier de vieille écolière", ses appels téléphoniques et ses petits riens qui faisaient un grand tout.

    Je me suis mis alors à rêver d'une interview pas comme les autres. Barbara a doucement mis les formes puis a ouvert la barrière :"Je vous promets Pascal on fera cette interview mais vous savez je n'ai rien à dire ..." Amusante, captivante  Barbara joueuse et taquine, douce et rebelle. Parfois elle observait un long temps de silence. C'était un jeu qu'elle rompait par une pirouette et un appel déjanté qui lui allait si bien. Je lui glissais mes articles sur Moustaki, Reggiani, Graeme Allwright , Catherine Lara... Elle s'en amusait. Chaque soir je préparais mes questions en ajoutant comme un cuisinier un peu de sel et en enlevant un grain de poivre pour être fin prêt le jour J.

    Qui n'est jamais venu.

    Le matin même d'aller enregistrer son dernier disque elle m'avait appelé en quittant Précy :"Je vais enregistrer et je pense fort à vous. Notre rencontre va se faire, ne vous inquiétez pas ..."

    Elle est morte le 24 novembre 97.

    Juste avant, je l'avais croisée sur le pas de sa porte, conversant avec sa voisine. J'avais garé la voiture à quelques mètres mais je n'avais pas osé l'interrompre. Nos regards s'étaient croisés mais la délicatesse et nos rapports particuliers m'avaient empêché de franchir le pas. Peut-être par timidité. Certainement par pur respect. La magie d'une relation évolue sur un fil très mince. Elle me captivait. M'amusait aussi par ses réactions de grande dame.

    Dans l'une de mes lettres déposées dans sa boite je lui avais fait part que sa maison était triste le soir à la tombée de la nuit. Elle n'avait rien dit mais le lundi et mardi suivants, jours de mon retour du journal elle avait, comme clin d'oeil certainement, allumé sa lanterne. Magique ? Elle avait renouvelé cette marque lumineuse pendant tout l'hiver. 

    Que de belles choses partagées. Un bonheur tout simple qui prenait une dimension rayonnante. Barbara m'encourageait sur mes écrits. Elle veillait peut-être sur moi d'une manière lointaine mais si proche. Même si j'ai été peiné de sa disparition, je suis, en fin de compte heureux de ne pas avoir eu cet entretien tant désiré. La magie est restée intacte avec cette douce attente qui a cimenté par petites touches une douce amitié . Il me reste ses chansons et ses gestes touchants d'une humanité qui a certainement changé ma manière de poser sur les gens un regard toujours bienveillant. 

    La beauté est toujours une promesse de bonheur.

    24 décembre 2011

     


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    iced
    Samedi 24 Décembre 2011 à 19:49

    merci pour cette magie que tu nous fais partager par le biais de ta plume


    Joyeux noel et bonnes fetes de fin d année

    2
    pascal P.
    Samedi 24 Décembre 2011 à 20:49

    Merci à toi mais il n'y a pas de magie dans l'écriture ma chère Sophie. C'est juste la vie qui est magique. Laissons la logique de côté pour nous plonger dans l'univers fabuleux de l'imaginaire... pour continuer de sourire à la vie non ? :)

    3
    Joel Favreau
    Samedi 24 Décembre 2011 à 23:27

    On dit que l'important est dans le regard, et non dans la chose regardée.

    Voilà encore un bel exemple.

    4
    elizabeth favreau
    Dimanche 25 Décembre 2011 à 10:42

    La beauté est toujours une promesse de bonheur....c'est merveilleux. J'en ai le souffle au coeur...je ne connaissais pas la femme mais une amie m'a fait entendre l'artiste....elle était belle et magique et j'ai bien reconnu l'émotion que provoquait sa voix...a travers de votre propre magie.

    5
    laura M.
    Dimanche 25 Décembre 2011 à 21:07

    C'est très beau, très poétique, très tendre. Tu devrais le romancer. Cela me fait penser à Annie Ernaux " Les années"

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :