• 137. Véronique Sanson - chanteuse

    137. Véronique Sanson - chanteuse Lieu : Muzik'Elles de Meaux

    Particularité : un concert qui a mal tourné pour une artiste n'étant en pleine possession de ses moyens.

    Un peu (beaucoup)à  contre-courant nous avons adressé "quelques mots d'amour",( le titre de l'article) à l'artiste malmenée sur scène. Les courriers et réactions négatives des lecteurs n'ont pas tardé. Seul Yves Duteil nous a adressé la semaine suivante une réaction positive par amitié avec son amie. 

    Voici l'article faisant suite au concert

    "On attendait depuis des années ce rendez-vous, relevant certainement du domaine de l'amour avec celle qui a bercé notre adolescence. En soulignant au passage quelques maux de notre vie d'adulte. Voir Véronique Sanson pour de vrai, fermer les yeux pour l'écouter simplement jouer du piano fait partie des moments forts d'une vie, de ces petits plaisirs qui n'ont pas de prix car du domaine de la jouissance.

    Bien entendu, les milliers de spectateurs à Meaux ont diversement apprécié et ressenti ce spectacle qui a tourné au pathétique tant la grande artiste était dans un état second. On peut comprendre le public.

    Rarement il nous fut donné de vivre un tel moment même si l'attitude de Véronique a fait qu'elle ne réponde pas à ce que l'on peut attendre d'un concert payant. Il y a eu en fin de compte beaucoup d'amour et d'indulgence de la part des musiciens et du public pour dépasser les règles de la bienséance.

    L'émotion était certainement trop grande pour celle qui trouve dans la puissance de ses accords et la force de ses textes un moyen d'exprimer sa souffrance. Chacun a trouvé une résonance dans ses chansons qui renvoient vers le chagrin et à cette immense solitude et même détresse que l'artiste a montré au grand jour.

    Plus Véronique faisait peine à voir et plus notre amour s'est renforcé pour cette femme belle de l'extérieur mais aussi de l'intérieur. Une femme vraie, authentique. Ce joyau, pur comme un diamant, avec le talent que l'on lui connaît a donné la pleine mesure dans sa propre démesure. Cette souffrance, extirpée au plus profond des entrailles a déchiré chaque spectateur et l'artiste s'est retrouvée seule malgré un sauvetage désespéré de Florent Pagny et des musiciens.

    Dans cet exercice de bouée jetée à la mer (jamais à l'amer), nous avons été sensibles à la démarche du maire J-F Copé qui a accepté certainement d'accomplir sur scène le plus grand moment de solitude de sa carrière politique. Tout le monde a tenté de sauver Véro de la noyade. Le public, enfin, la maigre partie qui est restée jusqu'à la fin, a fait écran pour lui éviter de sombrer dans ce vide terrible. Un instant d'intimité d'une rare pureté. 

    Quand elle a quitté enfin la scène, désertée depuis longtemps par ses musiciens, chacun a respiré pour elle.  On aurait juste voulu lui murmurer en coulisses "quelques mots d'amour"... Alors, on va lui crier avec du recul et sur du papier qui n'est pas à musique. On vous aime Véronique. S'il vous plaît, ne rendez plus les choses plus pathétiques qu'elles ne le sont. Cela fait trop de mal.Ppour le reste, pas d'inquiétudes, on vous a déjà pardonné. Mais ne vous faites plus de mal car vous en faites au public. Parfois les maux font mal. trop mal... "


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :